Partagez | 
 

 La Prophétie de la Fin des Temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Isildur Telcontar
avatar
INSCRIT LE : : 26/10/2015
MESSAGES : : 17
MessageSujet: La Prophétie de la Fin des Temps   Mar 27 Oct - 6:33

Melkor, l’ennemi de tout ce qu’il y a de bon sur cette terre, et la source de tout le mal, a été jeté jadis dans le vide perpétuel en dehors des cercles du monde. Vaincue par l’alliance des Elfes, des Hommes, des Nains et des Dieux, son ombre avait enfin disparu des Terres du Milieu.
Sauron, son dernier lieutenant, fut finalement défait par la créature la plus improbable qui soit, Frodon Sacquet, un simple hobbit de la Comté, et plus habitué à la chaleur de Cul-de-Sac qu’à l’art de la guerre. Mais l’Anneau Unique qui fut détruit n’était pas la seule clé qui aurait pu permettre au mal d’engloutir à nouveau le monde.
La Porte de la Nuit, taillée à la bordure du monde, là où la mer et le ciel se rencontrent, fut créée par les Dieux pour permettre à la Soleil de quitter le ciel à la fin de chaque journée. Que n’eussent-ils pas plutôt tenté de sceller ce passage à jamais ! Au lieu de cela ils firent huit clés, que chacun des Aratar, les plus grands des Dieux, gardaient en leur possession. Ces clés empêchaient l’ombre de traverser la porte, tandis que la lumière était libre d’aller et venir. Ainsi espéraient-ils un jour pouvoir pardonner à Melkor, et le faire revenir parmi eux, quand celui-ci aurait épuré la noirceur de son coeur. Dans leur bonté, ils furent dupés. Car un jour un être mystérieux déroba ces clés une à une, alors que les Dieux étaient assoupis, et il disparut sans laisser de trace. Des jours durant, les Dieux cherchèrent l’auteur du méfait. Ils ne le trouvèrent nulle part en Valinor, et ils ne le trouvèrent nulle part dans sur les rivages qui l’entouraient, ni dans les cieux, ni même dans ses caves les plus profondes et dans les entrailles de la terre. Ils envoyèrent alors des émissaires dans le reste du monde. Oromë fit sceller ses chevaux et Ulmo interrogea les ruisseaux et parcourut les eaux. Les oiseaux de Manwë battirent des ailes ; mais leurs yeux perçants ne virent aucune trace du voleur. Pas même Yavanna, en écoutant le bruissement des arbres, n’entendit de nouvelles. Alors les Dieux se résignèrent, et pleurèrent longuement, attendant que le pire survienne.
Car un soir le même voleur trompa la vigilance de la garde des Dieux postée à l’entrée de la Porte de la Nuit. La première serrure fut ouverte, permettant à Melkor de faire pénétrer une partie de sa noirceur dans le monde. La Soleil perdit de sa brillance, elle qui avait prit pitié pour Melkor, et qui s’était entretenue secrètement avec lui dans le silence et le secret du vide perpétuel. Elle cessa de résister à la séduction de Melkor, et de leur union outrageuse devait naître une infâme descendance.

Car l’ombre de Melkor, le Noir Ennemi du Monde, avait de nouveau pénétré Arda pour la première fois depuis la Guerre de la Grande Colère. Cette ombre planait sur les coeurs des vivants et sur les tombes des morts, susurrant un chant maléfique à l’oreille de ceux qui seraient disposés à l’écouter. Le crépuscule de l’âge des Hommes approchait. L’âge des Elfes était depuis longtemps révolu. Voyant qu’il leur restait encore du temps pour se préparer, les Dieux reprirent espoir. Le coeur de Tulkas était plein d’une ardeur belliqueuse, et les marteaux d’Aulë tonnèrent mille jours et mille nuits pour forger de nouvelles armes. Le Lune pénètre chaque jour dans la prison de Melkor, et se confronte à lui pour réprimer sa noirceur, et chaque nuit l’astre lunaire parcoure le ciel en portant un peu plus de balafres et moins de splendeur.

Nul ne sait pour quelle perverse raison le mystérieux voleur n’avait pas ouvert toutes les serrures de la Porte de la Nuit en une seule fois, et ils n’avaient aucune piste sur son identité. Cependant certains des Maiar ne se résignèrent pas, et partirent pour les Terres du Milieu afin d’obtenir le concours des Peuples Libres et les prévenir du danger qui approchait. Quel être puissant avait bien pu être dupé par Melkor? Nul ne le savait, et la mission des Maiar ne devrait pas s’arrêter à cela. Car sans nul doute Melkor allait rappeler ses anciennes créatures et en créer de nouvelles, et corrompre le coeur des Hommes, ce coeur qui est à la fois leur force et leur faiblesse.

Dans ce nouvel âge sombre, l’aide de chacun s’avérera primordiale, car les forces du bien et du mal sont sur le point de s’affronter dans un ultime combat. Le monde de la Terre du Milieu sera changé pour toujours. L’heure de la Dagor Dagorath, jadis prophétisée, approche.

Revenir en haut Aller en bas
 
La Prophétie de la Fin des Temps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BEHIND NEW YORK RPG :: Contexte-